Moi, Ness, 7 ans, entier, mordeur, boxeur, pas débourré

Stéphane et Corinne ont acheté Ness, qui traînait dans un fond de pré, après l’habituelle menace du vendeur : « Si je ne le vends pas, je le mets à la boucherie. » C’était un beau et grand poney bai brun, Corinne avait son galop 6 et son diplôme d’accompagnatrice, il ne coûtait pas grand chose, pourquoi ne pas l’acheter ?

Il s’est ensuite avéré que Ness, le beau Ness, n’avait jamais été manipulé et qu’on ne pouvait absolument pas lui passer un licol. Il a mordu cruellement Stéphane, et il avait l’habitude de se mettre debout pour boxer les humains qui s’approchaient. Pour l’enfermer, il fallait mettre de la nourriture dans un box et . attendre qu’il veuille bien venir. Ness devait être castré, comment faire ?

Corinne a appelé Thierry qui est venu avec Rosie et Sylvain.

Rosie raconte : « Je me souviens, Ness était dans un box assez bas de plafond mais plutôt grand. Il bougeait beaucoup et renâclait. J’avais vraiment peur que Thierry entre là-dedans avec le « fauve » ! Je l’ai trouvé très beau mais aussi très puissant pour un poney, on sentait la force d’un entier, et sa peur, ce qui m’inquiétait beaucoup. »

Stéphane, Sylvain et moi sommes restés dehors, à observer. Thierry a commencé par rester immobile, Ness bougeait, effrayé, énervé . Puis Thierry a commencé à le chasser, ce qui n’était pas évident dans un si petit espace. Ness a tenté de le boxer, mais le box étant bas de plafond, il ne pouvait pas beaucoup s’élever. Ensuite Thierry a commencé à chasser les hanches. Nous, dehors, nous retenions notre souffle, tant l’on sentait que Ness pouvait devenir très dangereux en une seconde dans cet espace réduit.

Au bout d’un moment, pour laisser souffler le cheval, Thierry s’est complètement immobilisé, et a baissé la tête. C’est là que j’ai senti la première ouverture, une possibilité de gagner la confiance de ce cheval : il s’est arrêté, intrigué, a regardé cet humain qui ne bougeait pas, et a fait un pas dans sa direction. Son regard était différent, un regard curieux, un regard de poulain . Naturellement, dès que Thierry a recommencé à bouger, il a perdu le cheval, mais l’amorce de connexion avait eu lieu. Cela faisait une bonne heure que nous étions là, la première séance était terminée. »

Thierry est retourné 5 fois chez Corinne et Stéphane, la dernière fois, il a amené avec lui quelques cavaliers qui, tour à tour, on touché la gorge de Ness, la tenant entre leurs mains, afin de l’habituer aux gestes qu’exécuterait le vétérinaire pour l’anesthésier en le piquant. Inutile de préciser qu’à ce stade Ness acceptait le licol sans problème et se laissait gratouiller partout !

Après la castration, Corinne est venu travailler Ness, qui montait dans le van sans problèmes, au manège, en équitation éthologique à pied puis à cheval.

Que dire de Ness maintenant ?

Il est devenu collant, cherchant tout le temps la présence des humains et leurs caresses et ses propriétaires n’en reviennent encore pas du chemin que ce cheval a parcouru grâce à l’équitation éthologique.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*